Breaking
Fri. May 17th, 2024

L’idéologie de l’indignation sélective, relevée lors des attentats de Paris, a refait surface lorsque le Pays des hommes intègres a été victime de la furie des terroristes. Déjà, à Paris, on comprenait difficilement comment toute cette colère a été dirigée contre les auteurs de ces crimes au moment où c’est le silence complet autour de ce qui se passait au Nigéria et au Cameroun à la même période. Ne effet, ils étaient des centaines de civils et d’innocents à subir les actions violences sans, pour la plupart, comprendre les raisons de leur mort.

Après l’attentat contre l’hebdomadaire Charlie hebdo, beaucoup de chefs d’Etat avaient fait le déplacement à Paris pour apporter leur soutien aux Français et désapprouver la furie dont les journalistes de ce canard ont été victimes. Il y en même qui ont pleuré à chaudes larmes pour exprimer leur soutien et leur attachement à la vie humaine. Parmi ces chefs d’Etat, les Africains étaient en première ligne. Ce qu’ils n’avaient jamais fait pour le Nigéria ou le Cameroun dont la situation politique pouvait avoir une incidence majeure sur leur propre pays. Une chaine d’information française s’est même permis de montrer sur ses écrans les images des victimes –africaines il faut le préciser. Ce qui serait inimaginable pour les dépouilles des victimes occidentales.

Pour le Burkina Faso, pas de réaction des Africains en guise de soutien, à part quelques condamnation timides qui ne démontrent aucun engagement de leur part. Mais on a eu droit à un post du Premier Ministre français Manuel Valls qui, sur son compte Twitter, s’incline devant la mémoire de VICTIMES FRANCAISES et pas devant les autres victimes. Ce qui est écœurant si l’on sait qu’ils étaient plusieurs nationalités à être blessées ou à tomber face aux balles des assaillants. Ne plus, lors des attentats de paris, la France a reçu le soutien de tous les pays du monde. A-t-elle le droit d’ignorer les autres nationalités sous prétexte que ce ne sont pas des Français ? Et finalement doit-on en déduire que la vie des Africains ne vaut pas grand-chose à côté de celle des Occidentaux.

Voilà qui devrait faire réfléchir les pays africains prompts à courir dès que la France est menacée ou touchée. Un retour de bâton ne serait pas mauvais. Puisqu’il faut être solidaire avec les gens qui sont solidaires avec toi. Mais tout démontre qu’il y a encore du chemin à faire pour que l’indignation ne soit pas sélective.
Mamadou DRAME

By

Related Post

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *